"sheer elan and pianistic devilment..."
BBC Magazine



“There doesn’t appear to be anything Choi can’t play – and with virtuosic panache, to boot."
John von Rhein from the Chicago Tribune



"The afternoon’s highlight was Winston Choi’s performance of Anthony Cheung’s (b. 1982) 2010 solo piano work Roundabouts. The five-movement piece began with a four-note descending motive that served as an organizing trope, reminiscent of the opening of Ravel’s Rapsodie espagnole. Choi’s sure hands and profound musical sensitivity brought out the shape, structure, and understated grammar of Cheung’s dense musical language."
Chicago Classical Review (3/16/2015



"Monday night’s performance by Winston Choi was mesmerizing. The pianist drew a remarkable, finely terraced array of hues and dynamics from the keyboard, prepared notes and the instrument’s strings—conjuring an atmosphere of rapt concentration and nobility with a hushed pointillist delicacy."
Chicago Classical Review (3/16/2015



"Choi's playing was nothing short of revelatory. His first vehicle was the Piano Concerto No. 1 of Bach; in short order, the expression and clean command of Choi’s interpretation hushed any lingering debates about hearing this music on modern instruments. The audience proved its sophistication, giving three long curtain calls (and this piece is not the usual virtuoso splash-maker with built-in standing ovation).
Alas, no encore was forthcoming, but we could look forward to the evening’s close of Stravinsky’s Concerto for Piano and Wind Instruments... The Stravinsky is an acerbic work. Yet the crowd not only remained intact, but again delivered three sustained curtain calls and a swift standing ovation for Choi. Again we were left yearning for any further morsel of his insightful artistry."
Madison Magazine



"Choi's technique is tight and clean, and his tone is inviting. He is a genius with timbre."
American Record Guide - July/August 2010



"Although audiences love Prokofiev's first and third piano concertos best, it is his epic second that is the most loved by pianists and Prokofievophiles. The treacherously difficult work contains a first movement cadenza that has been compared in difficulty to climbing Mount Everest. Choi, however, was up to the task and performed it with technical brilliance and ease.

Compositionally, Prokofiev's second contains complex and quick-tempo arpeggios that utilize the entire length of the keyboard. Flawlessly, Choi uncluttered the chaotic textures by articulating and voicing the music with precision. A gifted virtuoso, Choi maintained a relaxed, unwavering concentration uncomplicated by physical showmanship. The young pianist made the notoriously difficult work seem effortless, giving the audience the illusion that it would be impossible for him to stumble."
The Record (Waterloo Region - Mar 12, 2005)



"This extended hearing in such a sparkling work [Ravel's Piano Concerto in G major], only heightened our assessment: Choi is an artist with a big future. Here, he was able to dig in bravely or flick off those phrases that splash color over the score. In the ruminations of the lovely second movement he held the tempo absolutely steady creating the rapt aura inpossible with tempo fluctuations. The impudent finale held both spectacular keyboard work and all-out brilliance from the orchestra, strings through percussion."
Eric Eriksson, the Door Peninsula Voice



"Enthusiasm for Winston Choi's playing of my works prompts me to say that he makes them sound so fresh and young...Bravo!"
Elliott Carter



Elliott Carter: Piano Works
"Pianist Winston Choi's playing is hale and dramatic, zealous to communicate yet extremely accurate in score realization and never overwrought. Flawless in technique and perceptive in voicing, Choi puts forth all the variety of dynamics, touch, and texture inherent in the music. Sound and editing are excellent. A must for aficionados of this important composer, or for anyone searching for prime quality East Coast piano literature."
New Music Connoiseur



"Clarity is the keynote of Choi’s presentation style, which he emphasizes by organization and dramatic, high contrast playing."
Showtime Magazine



"Choi's technique is astonishingly fluent, enabling him to render Ravel's [Gaspard de la nuit] perfurmed sonorities with seeming ease... Choi is simply superb here, constantly emphasizing the unpredictability of Mikhashoff's writing while reveling in the music's demands."
Fanfare Magazine



"Pianist Winston Choi’s solo performance Friday night, courtesy of Hallwalls and the Yvar Mikhashoff Trust for New Music, was a treat for the ears, partially because he brought more than technique to the table. He did that by showcasing a style which blended chops with intelligence, serving the muse, not the other way around."
The Buffalo News (4/19/08)



"Under the fingers of Winston Choi, Alexander Scriabin's Piano Sonata No. 5, Op. 53, spilled forth in a rainbow of colors. Choi clearly enjoyed the dramatic moments of the impressionistic piece, but he also excelled at its contemplative moments."
The Washington Post (May 2005)



"This pair juggled Stockhausen's bristling technical demands with aplomb while maintaining a taut, driving energy and pulse. There were also sensitive to the composer's sense of playfulness, and when called upon to be pure musicians -- as in the fiendish, perpetual motion, toccata-esque section toward the end of the work -- delivered in spades."
The Ottawa Citizen



"Pianist Choi was also the urbane sophisticate. Here
and elsewhere, he was the musical partner of a
soloist's dreams, the sensitive, can-do facilitator
you'd always want at your side."
The Palm Beach Post



"Choi's trills are to die for..."
The Muskokan



"Through lavish phrases, riots of descending and ascending chords, runs and trills and other dazzlements, Choi gave voice to the (Liszt Second) concerto, a single movement entity that builds toward a series of stunning climaxes... One could easily be impressed not only by the skill level of his technique but by a poetry in the hands and heart that revealed itself when the score permitted some rhapsodizing."
Herald Times



"Winston Choi mit einer Gesamteinspielung des Klavierschaffens von Elliott Carter: glasklar der Anschlag dieses jungen Pianisten, sein Spiel analytisch und virtuos und musikantisch zugleich. Wunderbar bringt er die vielschichtigen Texturen speziell der zweisätzigen Klaviersonate (1944/45) wie von innen heraus zum Leuchten, zum Swingen. Selten erlebt man die Kontraste zwischen dem langsamen akkordischen Satz und den schnellen Passagen dieses Meisterwerkes so sinnfällig. Welch eine Gelöstheit auch beim Hegen der von einander unabhängigen Simultaneitäten in den abgeklärten Miniaturen des Spätwerkes!"
Bavarian Radio Classical Portal



Plein soleil sur Winston Choi
"L’espace habituellement très confiné de la salle d’honneur du Palais du Rhin s’ouvrait ce dimanche matin 21 Septembre sur des perspectives de plein air ; on avait écarté les lourdes tentures qui, la veille encore, plombaient l’atmosphère, pour laisser passer la lumière du jour et accueillir au piano cet artiste non moins rayonnant qu’est Winston Choi...

Les Játékok (« jeux » en hongrois) de Kurtág sont un assemblage de petites pièces réunies en plusieurs recueils tous liés à l’idée de l’exploration et du voyage, un voyage autobiographique précise le compositeur qu’il double d’un propos pédagogique. Dans les huit premières pièces extraites du volume VI (1990-1993) jalonné de titres divers autant qu’énigmatiques (Do-Mi D’arab par exemple), Winston Choi nous met d’emblée au cœur du son et de la résonance à la faveur d’un toucher extrêmement sensible et nuancé allant du simple effleurement de la touche à l’effet percussif le plus coloré sans jamais se départir d’une souveraine décontraction. Les extraits du volume VII (1994-2002) sont tous des tombeaux ou hommages à des confrères – Lutosławski, Denisov, Ligeti, Boulez…- associés à un geste pianistique ou une figure stylistique singulière, autant de miniatures finement ciselées dont Winston Choi profile l’épure sonore."
La Scene (09/24/08)



Winston Choi, le piano comme un jeu d'enfant
"Ce Canadien aux allures de premier communiant possède des moyens hors du commun qui lui permettent de faire passer pour un jeu d'enfant n'importe quel défi technique. Et les oeuvres inscrites au programme de son récital, lundi 7 avril, au Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, n'en manquent pas.

Conçu selon le principe de "La poursuite", imaginé par l'Ircam pour mettre en perspective un choix de partitions, le concert de Winston Choi enchaîne les prestations virtuoses sans jamais se départir d'une dimension ludique.

Le Prélude n°21, "Car l'onde s'est tue", de Jacques Lenot, montre d'emblée que les articulations rythmiques les plus sauvages finissent par ronronner sous les doigts experts de l'interprète. Le piano fait encore le dos rond au cours de l'Etude I du même Jacques Lenot, compositeur extrême dont le prodige canadien a déjà réalisé deux volets d'une intégrale discographique pour le label Intrada.

Mais l'instrument acoustique ne suffit pas à circonscrire le territoire de Winston Choi. Dans la très belle oeuvre Contrasti, de Marco Stroppa, une bande magnétique diffuse des sons jubilatoires de fête foraine : les rafales de la machine informatique coïncident avec celles du tireur d'élite posté au piano.

Plus ouvertement facétieuses, les Metronome Etudes de Daniel Weymouth valent au soliste de slalomer comme un personnage de dessin animé entre les tic-tac du tempo.

Références incontournables de la virtuosité moderne, deux Etudes de György Ligeti indiquent que l'art de Winston Choi consiste à assouplir la réalité des touches sans ramollir le propos de la musique. Comment ? Ses poignets semblent montés sur coussins d'air, si l'on en croit la qualité de rebond affectée aux Trois mouvements de Petrouchka, d'Igor Stravinsky."
Le Monde (04/09/08)



Winston Choi, l'Enchanteur
"Initié en 2006-2007 en coréalisation avec « Instant pluriel », le cycle « la poursuite » entend « transformer le concert en un scénario sans interruption » liant l’instrumental et l’électronique tout en poursuivant une pensée musicale par delà les clivages historiques. Winston Choi enchaînait donc avec « Contrasti » de Marco Stroppa, une partition pour bande magnétique et piano de 1984 enrichie et entièrement remixée dans les studios de l’IRCAM en 1989. Dans cette œuvre d’une étonnante virtuosité, la partie électroacoustique vient prolonger et projeter dans l’espace la trajectoire du pianiste débutant seul l’exploration obstinée de certains phénomènes acoustiques. En revanche l’ordinateur récapitule et pulvérise les figures pianistiques dans une fantasmagorie finale très éblouissante.

C’est dans les deux études de Ligeti, « Automne à Varsovie » et « Touches bloquées » du premier Livre que les couleurs et la magie du toucher – celle qui « enchante » le clavier - de Winston Choi se manifestent pleinement. Comme chez Lenot, la complexité rythmique de l’écriture se fait musique sous les doigts de cet artiste hors norme qui ajoute à son palmarès quelques notes d’humour avec les trois premières pièces de « Metronome Etudes » du compositeur américain Daniel Weymouth données en création française. C’est un essai sur les relations entre les musiciens et la mécanique du métronome invitant à un jeu subtil sur les variations de la perception temporelle.

Ce questionnement sur le temps valait bien un retour sur celui qui définissait la musique comme « un ordre entre l’homme et le temps ». Avec les trois mouvements du ballet « Petrouchka » de Stravinsky transcrits pour le piano par le compositeur en 1922 – Danse russe, Chez Petrouchka et la Semaine grasse – Winston Choi faisait valoir toutes ses qualités d’interprète mettant au service d’une lecture très analytique la souplesse d’un jeu gorgé d’énergie, la richesse de la palette sonore, la finesse d’évocation enfin que les sonorités ductiles du piano semblaient ici mieux encore traduire que celles de l’orchestre. Inouï !"
La Scene (4/11/08)



"Enfin, nous l'annoncions : Winston Choi gagne le piano pour Cité de la
nuit, une œuvre composée par Jacques Lenot en 1981, lorsqu'il vivait non loin de l'aéroport de Rome, et qu'il révisa cette année. Dès l'abord, le jeune pianiste canadien y trace son propre chemin, ciselant son interprétation d'un relief sculptural. On reste estomaqué par un travail de couleurs dont l'acoustique d'une église pourrait rendre la perception difficile : et pourtant ! Suivront Fantasque (Etude n°5, 1986) et L'Esprit de solitude (2004), Winston Choi traduisant la stupéfiante liquidité de l'un pour mieux s'engager dans la houle de l'autre, parvenant à chanter, danser et même peindre une partition qu'il aborde avec un naturel confondant."
Bertrand Bolognesi, www.anaclase.com



"À côté, le style d'un Jacques Lenot, si magnifiquement servi par le pianiste Winston Choi, paraît bien sage et monocorde, mais d'une rigueur et d'une science de l'écriture qui sont d'un vrai musicien."
Le Figaro (09/25/08)



"Entre les mains de Winston Choi, amoureux de la musique contemporaine, les oeuvres pour piano d’Elliott Cater s’épanouissent avec le même naturel que s’il s’agissait de pages de Mozart ou de Debussy. Là où tant d’autres ennuient en ne sachant que pointer du doigt la complexité des partitions, Choi parle poésie, couleur et manifeste un émerveillement de chaque instant. Méconnu en France,
le jeune Canadienfait halte à Paris pour un seul et singulier récital. Carter, Boulez, Lenot et Murphy y voisinent avec Bach, Chopin et Ravel. Un rendezvous à ne pas manquer."
Alain Cochard Zurban (décembre 2003)



"Les amateurs de musique contemporaine retrouveront ici deux oeuvres
fondatrices de Carter (Sonate pour piano, Night Fantasies) alliées à des pièces plus récentes. Two diversions (1999) sont des sortes d’études sur des lignes musicales qui s’opposent et se complètent d’une manière ludique ; 90+ (1994) explore un monde sonore en diffraction sur un fond immuable. Winston Choi domine ces partitions ave aplomb, feu et sensibilité."
JS Le Temps (23/24 août 2003)



"Winston Choi arrive parfaitement à maîtriser cette double pensée musicale pour n’en faire qu’une..."
Resmusica 2003



"Le répertoire pianistique contemporain revient – juste titre ! à l’attention de l’éditeur..."
Arts et métiers 2003



"Le jeune pianiste Winston Choi, lauréat en 2002 du prix Blanche-Selva au Concours international d’Orléans, propose une intégrale de la musique pour piano seul de ce compositeur parmi les plus grands de notre temps. Sans faire oublier Charles Rosen, spécialiste de cette musique, Choi offre une interprétation souple et charpentée de la Sonate pour piano dont il éclaire la complexité polyphonique. Bien que tributaire de contrastes violents, l’élan d’un seul tenant paradoxalement conféré aux kaléidoscopes Night Fantasies rend justice à la forme globale d’une oeuvre où toutes les séquences, même les plus subtiles
convergent vers un seul sommet."
Patrick Szersnovicz, 4 Etoiles Le Monde de la Musique (Sep 2003)



"L’énergique sino-américain Winston Choi est venu en France, qui l’a reconnu par de multiples distinctions, enregistrer le disque de l’oeuvre pour piano de Carter, accomplissant les pérégrinations de son prestigieux aîné. Qui a dit très récemment de lui : « L’interprétation par Winston Choi de mes oeuvres pour piano m’enthousiasme car il apporte une fraîcheur et une jeunesse remarquables, même à celle que j’ai composée il y a cinquante ans ainsi qu’une autre qui a dû être composée l’année de sa naissance. Bravo ! Rien à ajouter."
Jean Vermeil Répertoire juin 2003



"Elliott Carter s’est déclaré enthousiasmé par l’interprétation de Winston Choï. Le pianiste affiche une rare assurance au regard de son jeune âge et maîtrise totalement les nombreuses difficultés rythmiques qui parsèment cet enregistrement. « Fraîcheur et jeunesse », écrit Carter. On y ajoutera énergie et dynamisme, sans pour autant exclure la sensibilité dans un phrasé qui fait respirer la musique à un rythme tout intérieur. Winston Choï fait littéralement corps avec son piano. Un pianiste à suivre attentivement."
Gérard Moindrot, Pianiste (juillet/août 2003)



Winston Choi, jeune pianiste canadien d'une vingtaine d'années, offre une interprétation claire de ses pages. Avec une technique irréprochable, il se joue des traits parfois accrobatiques de 90+ comme de la vélocité perpétuelle du second mouvement de la Sonate. Il a réservé un son plus schönbergien pour les Retrouvailles qui ne sont pas sans rappeler l'agressivité salutaire du jeune Boulez. (…) L'Empreinte Digitale propose avec ce disque une fort intéressante intégrale de la musique pour piano de Carter qu'on écoutera par petits morceaux, à déguster de façon répétée.
La lettre du musicien



"La véritable révélation de ces rencontres fut cependant Winston Choï, premier prix au Concours international d’Orléans. Résolument tourné vers le 20e siècle, son répertoire n’était pas des plus abordables. Le public apprécia tout de suite ses grandes qualités : beaucoup de finesse, de relief, de délicatesse, une digitalité et une virtuosité au service de la musique …
Sylvia Avrand-Margot, La lettre du musicien (février 2003)



"Primé par le Concours de Piano du XXe siècle d’Orléans 2002, Winston Choi(…) Son tempérament et les caractéristiques de son jeu le prédisposent à de très belles réussites dans le répertoire du XXe siècle.
Choi offre l’exemple d’une parfaite assimilation du langage extrêmement savant et complexe de Carter, qu’il aborde avec le même naturel que s’il s’agissait de Debussy (…) Il fuit la grisaille et l’intellectualisme ; il se délecte, littéralement, d’un univers sonore singulier. (…) un interprète à son aise dans les humeurs changeantes, presque insaisissables, d’une composition inspirée de l’état entre éveil et sommeil. Poésie, couleur, jubilation sonore sont les mots qui viennent en permanence à l’esprit pour dire le bonheur procuré par ce disque. De la musique contemporaine ? Sans doute, mais Choi a compris qu’il s’agit avant tout de jouer du piano, de la musique !"
Alain Cochard, 5 de Diapason (juillet/août 2003)



"l’approbation enthousiaste du compositeur envers le jeune Canadien d’origine chinoise… (…) La réussite majeure du disque est incontestablement Night Fantaisies, dont les climats volatiles et capricieux ainsi que la montée en puissance sont rendus avec une réelle subtilité de touchers par le jeune interprète, précisément élève de l’une des commanditaires de l’oeuvre, Ursula Oppens. La grande homogénéité de registres du Yamaha ici utilisé (au demeurant bien enregistré) sert parfaitement l’écriture très spatialisée de Carter."
Piano le Magazine (juillet-Août 2003)